mercredi 11 juin 2014

Reflets de Thaïlande N°4

Ce que je crois
Sombat Khruathong

Essai

2€99, ISBN 979-10-91328-08-1 (version PDF)

Résumé
La Thaïlande, avec son demi-million de francophones, est le pays de l’ASEAN où la francophonie est la plus dynamique. Le français lutte contre le chinois, le japonais et l’allemand pour occuper la place de la 2e langue étrangère la plus enseignée et on dénombre environ 40 000 apprenants dans le système scolaire secondaire.
Pourtant, malgré le prestige associé à cette langue, le soutien du ministère de l’Éducation, l’intervention d’un grand nombre d’organisations de promotion, les diverses initiatives personnelles, les activités para-scolaires et les manifestations culturelles, le français est peu présent dans le milieu universitaire et dans la société civile.
D’après l’auteur, les causes sont à chercher du côté des méthodes d’enseignement, du cloisonnement des filières universitaires et des spécificités de la culture thaïlandaise qui agissent comme autant de freins à l’apprentissage du français.
Sombat Khruathong ne se contente pas de faire un état des lieux ni de pointer du doigt ce qui ne va pas, il est une véritable force de proposition pour que sa langue bien-aimée soit parlée, lue, écrite, écoutée, pour qu’elle soit utilisée en définitive.
Incidemment, cette plongée au cœur du système éducatif thaïlandais nous ramène par un jeu de miroirs à nos propres défis quant à l’enseignement des langues étrangères.

L'auteur
Né en 1959, à Phuket en Thaïlande, Sombat Khruathong apprend le français à l’âge de 16 ans, non seulement à l'école, mais aussi dans la plantation d’hévéas familiale, son gueuloir où il répète ses conjugaisons. Le français est depuis devenu le souffle de sa vie, sa seconde patrie, et il milite, en tant qu'enseignant-chercheur, pour que cette langue ait une place particulière dans son pays natal.

© Éditions GOPE, juin 2014.


***

Gavroche, août 2014



Le quatrième numéro de « Reflets de Thaïlande » est un texte écrit par un professeur thaïlandais, Sombat Khruathong, francophone et francophile, qui fait l'état des lieux de l’enseignement de la langue de Molière au royaume.

La Thaïlande, avec son demi-million de francophones, est le pays de l’ASEAN où la francophonie est la plus dynamique. Le français lutte contre le chinois, le japonais et l’allemand pour occuper la place de la deuxième langue étrangère la plus enseignée et on dénombre environ 40 000 apprenants dans le système scolaire secondaire. Pourtant, malgré le prestige associé à cette langue, le soutien du ministère de l’Education, l’intervention d’un grand nombre d’organisations de promotion, les diverses initiatives personnelles, les activités parascolaires et les manifestations culturelles, le français est peu présent dans le milieu universitaire et dans la société civile.

D’après l’auteur, les causes sont à chercher du côté des méthodes d’enseignement, du cloisonnement des filières universitaires et des spécificités de la culture thaïlandaise qui agissent comme autant de freins à l’apprentissage du français. Cette réflexion a comme objectif la recherche de nouvelles pistes d’enseignement, celles qui permettraient de former les futurs étudiants avec efficacité.

Né en 1959 à Phuket, Sombat Khruathong apprend le français à l’âge de 16 ans et il milite, en tant qu’enseignant-chercheur, pour que cette langue ait une place particulière dans son pays natal.

M.G.
Gavroche Thaïlande N°238, août 2014.

Le Paris Phuket, novembre 2014


Ardent défenseur de la langue de St Exupéry, Ajarn Sombat Khruathong, responsable du développement à la faculté internationale de l’université Prince of Songkhla, prône et prépare une évolution radicale de l’apprentissage des langues, en particulier du français.

Rêvant de faire de Phuket un leader dans ce domaine, il milite pour un enseignement plus pragmatique et faisant la part belle aux nouvelles technologies.

Dans Ce que je crois, paru aux éditions Gope dans la collection Reflets de Thaïlande, il livre sa vision de l’avenir de l’enseignement du français et se lance dans l’exercice le plus périlleux qui soit pour un étranger, écrire dans la langue de Molière… article complet en téléchargement.

Christophe Chommeloux
Le Paris Phuket N°35, novembre 2014.
________________________________________________________________


Achetez Reflets de Thaïlande N°4, 2.99€, version PDF, auprès de l'éditeur, ici :




ou chez Numilog.